manteau d'averse

Publié le par denis heudré

la nuit a fini
de jouer sa partition
le matin choisit ses chiens
pour le gibier du jour

des yeux effrités
- mais qu'importent les yeux
au jour de l'absence -
s'aggrippent à leur bleu

il est temps
- trop tard pour un destin -
revêt ta vie
d'un manteau d'averse

Publié dans mort

Commenter cet article

florence - clepsydre 06/10/2008 12:29

ce texte atteint la beauté par ses chiens et sa pluie. Il faut dire... les averses c'est aussi un peu mon pays...

denis heudré 06/10/2008 18:23


Merci Florence
Aux derniers instants nous sommes tous d'un pays de pluie. Mais nous, belges et bretons nous l'avons suffisamment cotoyée pour n'en avoir pas peur.
A bientôt


colette 13/09/2008 08:41

Absence vrillée au ceux du jourPleurs et pluie emmêléssous une cape de silence