de battre, son père s'est arrêté

Publié le par denis heudré


l'enfant cachée derrière la porte
privée de sa pitance d'amour
brode sa mémoire des cris d'à côté
et des caresses de haine

dans ses chaussures restera coincé
le caillou coupant du non dit
qui brisera la légèreté de son pas
dans un futur amer

mais continuer à aimer malgré tout
avec tous ces éclis de voix
à jamais plantés dans ses yeux

entasser les tendresses
dans l'escarcelle de sa vie
pour cueillir de nouveaux chemins
à nadia
poème traduit en espagnol et diffusé sur le site centropoetico.com:
http://www.centropoetico.com/

Publié dans société

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

patrick boschetti 25/06/2006 17:05

Pur émerveillement d'émotion poétique / Dans det attendrissant silence advenu . / Au sortir d'une vertigineuse plongée vers l'inconnu / Il surgit une petite lumière de ce labyrinthe obscur. / Quelque chose comme une sensation rassurante, / Très précisément présente et incandescente, / Sauvage comme un torrent de montagne, / Brûlante comme le vent du désert, / Qui sait faire rayonner chaque brasillement d'espoir, / Jusqu'au flamboiement indulgent de leur vérité.
                                                                         P.MILIQUE
MERCI DE TES MOTS

Moun 30/05/2006 16:34

BonjourUn enfant privé de sa pitance d'amour .... que ces mots font mal tant ils semblent anormaux à toute personne capable de donner, capable d'aimer... Départ difficile mais entouré d'adultes moins égoïstes, il apprendra à aimer, à donner et à recevoir et s'adouciront (peut-être) les douleurs, les incompréhensions de l'enfance !Texte très émouvant !Poétiquement

... 28/04/2006 11:04

Magnifique poéme, beaucoup d'émotion en le lisant. Merci. a+nadia.