poème poisseux

Publié le par denis heudré

mer abandonnée au port
en guenille irisée

la lumière égratigne
tes couleurs de ruine

je vois ta main qui tangue
dans l'agonie du soir

dans le parfum souillé
des voilures de vent

Publié dans au péril de la Terre

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
sous l'amer ...?<br /> vomissures !<br />  <br /> guenille desséchée<br /> sous les ruines qui flanchent<br />  <br /> sans chercher à l'épanche<br /> de vagues évaporées<br />  <br /> tangage<br /> où nul rivage <br />  <br /> ne permet d'accoster <br />  <br /> errance<br /> où aucun sens <br /> ne peut même aborder <br />  <br />  <br /> sous l'amer ...?<br /> vomissures !<br />  <br /> les souillures sont abîmes<br /> pour les Etres sans cime<br />  <br /> or il est aussi  joies<br /> au delà du trépas<br />  <br /> sous l'amère vomissure <br /> se complait la guenille <br /> qui jamais ne frétille <br /> sur le beau qui  perdure
Répondre