sans surface

Publié le par denis heudré

je me vois dehors
sans surface
- plant de vide
en retrait du souffle -

habitant de quelque
parcelle d'étincelle
je me suis perdu
au-delà de ma peau

je sais le dur métier
que celui de paupière
faire disparaître
toute trace d'un rêve

et déjà l'éveil s'enfonce
dans ma tête
et le jour
reprend sa diction


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
sans mots- que dire d'autre devant cette pure poésie? j'ai envie de te dire aussi- encore 80 pages comme celle ci... vraiment. amitiés.
Répondre
J
Très belle musique... avec des mots très simples… On a envie de l’apprendre par cœur ce poème, et de se le réciter à voix basse. Il dit je ne sais quoi de fondamental sur l’existence. Merci.
Répondre
D

Merci Jean-Luc pour ces mots


M
Magnifique ce poème...Merci.
Répondre