en repensant à la Catiole

Publié le par denis heudré

tes yeux éteints
à perte de vie

ne regardaient
même pas la télé

ni dehors
les nuages se détricoter

encore un jour effeuillé
histoire pas drôle

celle d'une absence
présente

trop lourde
comme la pierre

il ne me restait plus d'acier
pour écrire l'ombre

Publié dans en hommage

Commenter cet article

gazou 30/07/2009 07:29

Ces jours où seule l'absence est présente, comment les vivre en gardant l'espoir?