clinique

Publié le par denis heudré

il y a sûrement un jardin
à féconder
une clé à retrouver

il y a sûrement un orage
à éloigner
un amour à déborder

mais ici
même les fenêtres emprisonnent
l'incantation des pas inhabités

marelles de faïence
et cri laiteux
des vents entravés

poème publié dans le n°53 de la revue "Microbe"
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Carole Gibelin-leclÚre 20/03/2007 22:25

Bravo cher ami poète,
Que le souffle marin emporte vers les flots
Tous les maux et les ramène dans la mer des mots....
Carole Gibelin-Leclère
Vice-Présidente section lettres d' EDLLAI
(Ecole De La Loire Académie Internationale)