jour

Publié le par denis heudré

il reste encore dans tes cheveux
quelques brindilles de nuit
-rester dans cette orée-

mais je te sais pénombre
après la cendre
blessée par les brumes

il t'a fallu laver les mots
avant tout pas 
leur dédier nouvel horizon

se lever n'est pas simple
et qu'importe nos épaules
si le jour est trop lourd


poème repris dans le n°2 de la revue "Le capital des mots"

Commenter cet article

Derdre 29/09/2008 22:54

Touchée par les mots, par leur simplicité, leur musique, leur résonance, c'est beau, très beau...Un joli voyage.Au plaisir de revenir en ces lieux

denis heudré 01/10/2008 18:12


Merci de votre passage et au plaisir de vous revoir. Si vous le souhaitez, n'hésitez pas à vous abonner à ma newsletter.
Merci aussi d'avoir repris un de mes poèmes sur votre blog. Je retournerai vous lire régulièrement.
denis


roseline 14/11/2007 09:53

J'aime comme en peu de mots votre poésie se fait envoutante. Roseline