le buffet de ma grand mère

Publié le par denis heudré

fermée d'un tour de clé
la porte vitrée était haute
rarement ouverte elle frottait un peu

les étagères habillées de dentelles
et d'un beau papier de fête
dans l'odeur de cire d'abeille

le mariage des filles
nos communions
-seule touche de couleur-

tous les frères et la soeur
sur des chaises en paille
dans un été de moisson

un neveu mort à 20 ans
une vierge de Lourdes
un laurier des rameaux

une montre arrêtée
une quelconque médaille

c'était ici toute exposition de soi

Publié dans la nostalgie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
Je relis aujourd'hui Avec stupeur, je vois que plus de 2 années ont passé...Le buffet est toujours là et autour de lui flottent des odeurs douces de miel et de pommes cuites(finalement je ne suis pas très loin des confitures.... comme quoi!)
Répondre
D
Très beau ce poème, magnifique de dépouillement.
Et merci de nous avoir fait grâce des bocaux de confiture!
Répondre
G
je te laisse mon new blog, il est au-dessus. Ghis
Répondre